Charlotte MARREL

Charlotte MARREL Responsable de magasin. Volontaire d’une ONG écologiste

Quartier Braconnot

Mon amour pour Nancy c’est une histoire de famille : mon arrière-grand-père originaire de Franche-Comté s’est installé ici au début du 20ème siècle. Il s’est impliqué dans la vie locale en tant que journaliste politique, puis directeur d’un journal très connu. Il a également beaucoup œuvré pour le Secours Catholique de Nancy. Pour ma part je suis née à Nancy, j’y ai fait mes études, je suis diplômée d’une école de commerce. Aujourd’hui je ne reconnais plus le Nancy que j’aime, le Nancy qui a su s’illustrer par son savoir-faire, ses beaux-arts, son élégance, son dynamisme, sa douceur de vivre. Et Nancy a tellement de chemin à parcourir pour retrouver son potentiel et se mettre au niveau des autres métropoles. Je suis également très impliquée sur les questions environnementales et en tant que mère, je reste extrêmement préoccupée par la planète que nous allons laisser à nos enfants. L’environnement, ça commence par la mobilisation de chacun.

Alors je m’engage.

Je vis dans le même quartier que Mathieu Klein depuis plusieurs années. C’est un citoyen comme nous, il est très accessible et j’ai appris à mieux le connaître au fil du temps. Je ne fais pas de politique, je ne défends aucun parti. Mais je soutiens son engagement car sa préoccupation pour l’environnement ne date pas d’hier et elle n’est pas faite de faux semblants. Il est sincère et il porte un regard différent sur le rôle des politiques publiques. Il a su me convaincre sur la méthode.

Je rêve d’un Nancy qui ravive sa flamme, qui réussisse sa transition écologique, qui sorte du tout-minéral. Je fais le rêve d’un Nancy fait d’arbres, de verdure, d’espaces de vie conviviaux avec une vraie piétonisation du centre-ville »